Archives de Catégorie: Joyeux bordel

2014… année de?

Je profite de la nouvelle année pour réapparaître sur la blogosphère et surtout pour souhaiter à tous ceux qui passeront par là une Belle Année 2014! Qu’elle vous apporte joie, sérénité, santé, et tout ce que vous pouvez espérer de meilleur dans une année!

2014

Pour moi, outre l’occasion de refaire surface, j’ai refait une « beauté » au blog via un nouveau thème. Mais un jour, il faudra que je me penche plus sérieusement sur les réglages divers et variés, voire faire appel à une personne digne de ce nom qui pourrait m’arranger quelque chose de plus personnel…

Comme tout le monde, je n’ai pu m’empêcher de dresser un bilan de 2013 et contrairement à ce que j’ai pu lire à divers endroits, 2013 s’est révélée pour moi un bon cru: une année riche en voyages (même courts et pas toujours lointain), une année de remise en question positive, une année de reconversion professionnelle tant espérée, une année marquée par un heureux événement familial. Pour faire court, une année de renouveau dans l’ensemble! Et j’espère que 2014 va se poursuivre dans cette bonne voie.  2014, année de… la poursuite d’un bonheur entrevu?!

Je reviens sur quelques faits marquants dont je n’ai pas forcément pris le temps de parler.

Comme évoqué à plusieurs reprises, je souhaitais ardemment me reconvertir depuis un ou deux ans. 2013 m’a enfin ouvert des portes: j’ai trouvé une formation rémunérée pour laquelle j’ai postulé. J’ai passé un test écrit, puis un entretien oral et hop! j’ai été retenue pour une formation express de 6 mois. Début octobre: la rentrée. Mi-novembre: premier stage. Et fin janvier: deuxième stage. Tout ça m’occupe bien, d’où ma présence très occasionnelle!

Mais là n’est pas la seule raison. Après quelques déboires sentimentaux, j’ai rencontré un homme. J’ai encore besoin de temps pour m’ouvrir complètement, mais j’ose espérer que je suis sur la bonne voie. En tout cas, lui en est persuadé: je suis THE ONE!

Je tâcherai d’être plus régulière si j’en trouve le temps, entre ma formation et mes amours, mais à nouveau:

TOUS MES MEILLEURS VOEUX POUR 2014!!!

Publicités

Je m’suis envoyée en l’air!

Entre mercredi dernier et ce mercredi-ci, rien à voir!

Depuis 2 ans maintenant, j’avais reçu une Dakota box. J’ai traîné, traîné, traîné; tellement que l’année dernière, j’ai été obligée de la faire prolonger d’un an (ce qui m’a valu la modique somme de 7€, je crois, pour m’en renvoyer une nouvelle).

Et une fois encore, j’ai laissé filer le temps, en me penchant de temps en temps sur la question, mais sans grande conviction. Pourtant, j’avais très envie de tenter l’ULM. Et dans un cadre particulier, ça pouvait être vraiment chouette!

DSCN7144

Mais comme il m’arrive malheureusement d’être une grande adepte de la procrastination, j’ai remis au lendemain sans arrêt. Bah oui, un cadre particulier d’accord, mais encore faut-il pouvoir s’y rendre! Et là, je suis dépendante de mes parents ou d’amis avec permis (oui, à bientôt 30 ans, je l’avoue, je n’ai pas encore mon papier rose!).

Bref, à force de laisser traîner, je n’avais plus le choix. 3 options s’offraient à moi en sachant qu’en gros, je ne disposais plus que d’une semaine avant que ma Dakota box soit de nouveau périmée.

Option 1: l’option de facilité. Une Balad’Enigm dans Paris. Mais à choisir, quitte à avoir en sa possession une box avec plein d’activités extraordinaires, autant en profiter!

Options 2 et 3: elles se rejoignent. Dans les deux cas, il s’agit d’un baptême de l’air en ULM (mon envie de base). Dans les deux cas également, il faut se rendre en Seine-et-Marne, dans des coins que je connais bien pour y avoir grandi: Mouroux ou Esbly. Mais toujours le problème du transport! Bon, c’est à peu près desservi par les trains de banlieue, mais il faut prévoir un certain temps de marche.

Après avoir étudié ces deux possibilités, je choisis de me rendre à l’aérodrome de Coulommiers-Voisins. J’en ai pour une heure depuis la Gare de l’Est, puis environ 45 minutes de marche depuis la gare de Mouroux.

DSCN7185

Sur le livret Dakota box, il est conseillé de réserver via mail. Ce que je m’empresse de faire lundi dernier avant qu’il ne soit trop tard, en espérant pouvoir avoir une date dans le courant de la semaine passée, le temps étant encore au beau fixe. La réponse est rapide: le vol est prévu mercredi 4 Septembre à 16h. G-E-N-I-A-L!

Et donc, effectivement, entre mercredi dernier et ce mercredi-ci, rien à voir!
Si vous vous souvenez, il y a une petite semaine, le soleil brillait, le ciel était d’un bleu sans nuage, les températures avoisinaient les 30°C. Des conditions idéales pour voler!

Je passe sur le fait que j’ai galéré à me rendre à l’aérodrome à pieds, sous le soleil écrasant, parfois sans le moindre recoin d’ombre… Avec seulement une petite bouteille d’eau… Et des baskets en toile dont la semelle était déglinguée… (#VDM)

Je me suis juste fait peur quand je suis enfin arrivée et que je suis passée par les toilettes: j’étais tellement rouge, j’avais l’impression d’avoir le visage brûlé!!! (horreur, malheur)

Comme j’étais en avance, j’ai eu le temps de reprendre mon souffle et de me détendre avant de m’envoler (au septième ciel?).

Un groupe d’aviateurs m’abordent et me proposent jovialement de les suivre en Savoie. S’ils avaient été jeunes et beaux, oui peut-être; mais dans le cas présent, c’est une autre histoire!

16h: mon pilote attitré m’invite à le suivre. Il m’équipe d’une parka et de deux casques: audio et protection. Et me fournit un cordon pour mon appareil photo.

Je prends place à l’arrière d’un ULM pendulaire, le plus simple qui soit par rapport au multi-axe. Le pilote s’installe et prend les « commandes » (si tant est qu’on peut appeler ça des commandes).

DSCN7175

Et là, j’apprends qu’il est novice (malgré son âge: une bonne soixantaine). D’après ses dires, je suis la deuxième qu’il baptise (si je peux m’exprimer ainsi). C’est drôle, ça ne me fait pas du tout flipper! (I-R-O-N-I-E). Allez, pas grave, je suis une warrior ou je ne le suis pas! Let’s go!!!

Nous avançons sur la piste et d’un coup, le pilote lève son semblant de commande et nous commençons à prendre de la hauteur. Ce décollage m’a surprise. Je n’avais aucune idée de comment ça pouvait se passer.

C’est par la suite assez flippant de constater que nous montons de plus en plus haut, dans ce minuscule engin. Comment se peut-il que nous volions dans trois fois rien?!

Une fois habituée aux sensations, j’observe la campagne environnante, celle qui m’a vue grandir. Ca a un côté émouvant! Et les champs vus du ciel sont bien plus beaux qu’à terre.

DSCN7176 DSCN7178

Les sensations reviennent au moment où le premier « looping » s’opère (en fait de looping, c’est un virage très serré): l’ULM est manié de telle sorte à tourner, mais presque comme s’il se couchait sur le côté. J’avais comme l’impression que nous allions plonger tête la première et nous « crasher »!!! Ajouté à cela ma semie insolation, et je me sentais au bord de la nausée!

Mis à part ça, j’ai vraiment apprécié ce baptême de l’air! Et cette sensation de liberté dans les airs, passées les premières appréhensions. J’ai regretté que cela soit si court (environ 10 minutes).

Je ne perds pas espoir de m’envoyer de nouveau en l’air plus longtemps et dans un cadre de rêve: en bord de mer, près du Mont-Saint-Michel ou au-dessus des Alpes!

Concernant les lieux et le personnel, des améliorations peuvent être apportées. Pas de véritable accueil: j’ai débarqué, je ne savais pas à qui m’adresser. Le pilote n’était pas très loquace. Si je ne l’avais pas questionné sur certains points, je n’aurais pas su grand-chose…

***
Ecole ULM de Paris, 180 rue Cardinet, 75017 PARIS, 06.82.94.06.01. ecoleulmdeparis@free.fr

***
Aérodrome de Coulommiers, Avenue du Général de Gaulle, 77120 MOUROUX.

Pas fauchée chez Fauchon!

Je suis une accro au sucre, vraiment! Au point que parfois, mes repas ne se composent que de mets sucrés. Oui, je sais, c’est mal!

Depuis mon retour de province fin Août, j’avais lu que se préparait l’Eclair Week 2013 chez Fauchon. Personnellement, malgré mon goût pour la pâtisserie, c’est la première fois que j’entendais parler de cet événement qui n’a lieu qu’une fois par an (et c’est bien dommage!). J’attendais donc avec impatience le lancement de cet Eclair Week à partir du 3 Septembre.

Eclair_week_700x400

Malgré mon empressement, je ne me suis pas précipitée place de la Madeleine. Non, j’ai décidé de n’y aller que le dernier jour. Allez savoir pourquoi, je me retrouve souvent à aller à des expos ou autres lors des derniers jours!

Je crois aussi que j’avais quelques hésitations à débourser 7€ dans un éclair. Tout en sachant que je voudrais certainement en goûter plusieurs! Non pas que je sois fauchée, ou tout dépend dans quel sens on l’entend! Pas fauchée comme pas gâtée, oui, vu le choix!

Mais comme on dit, « c’est bon la honte! » Dans la boutique, j’ai pris mon temps pour détailler chaque éclair, tous plus beaux les uns que les autres, colorés à souhait! Je recherchais des saveurs originales, histoire de ne pas manger un banal éclair que je peux trouver dans la boulangerie à deux pas de chez moi. J’étais presque déçue de constater que la plupart des éclairs étaient fourrés à la vanille.

En fin de compte, après tergiversations, j’ai opté pour l’éclair Aquatic: crème vanille, fondant menthe glaciale. Et celui à la rose, crème amande et rose (je ne sais plus l’intitulé).

DSCN7211

J’ai dégusté l’Aquatic assise dans le Jardin du Trocadéro. Dès la première bouchée, la saveur mentholée du glaçage ressort parfaitement. Ca m’a fait penser aux After Eight que j’engloutissais étant gamine! La crème vanillée quant à elle est légère, tellement que j’ai l’impression qu’on pourrait s’enfiler plusieurs éclairs avant de faire une overdose!

DSCN7214

(l’éclair a malheureusement souffert dans les transports)

J’ai savouré le rose le soir au dessert. La crème est plus crémeuse que le précédent éclair, presqu’à la façon d’une mousse. Le goût de l’amande est assurément perceptible, mais celui de la rose est beaucoup plus subtil.

DSCN7213

Quoi qu’il en soit, j’étais satisfaite de mes deux choix. Désormais, je patiente jusqu’à l’année prochaine!

Au programme également de cette journée, une balade au Trocadéro pour faire un tour au mini village thaïlandais: danses, massages, vente d’objets artisanaux et de produits à consommer, etc. « Délicieuse Thaïlande » se tient encore jusqu’à demain, de 11h à 19h dans les Jardins du Trocadéro!

DSCN7207

DSCN7208

DSCN7210

Bon dimanche!

***

Fauchon, 24-26 Place de la Madeleine, 75008 PARIS, M° Madeleine.

Chindogu

imagesCAYFJW0D

Ah, ces Japonais et leurs inventions!!! On leur doit beaucoup de choses, mais là, ça dépasse tout ce qu’on pouvait imaginer (ou presque)!

J’ai découvert ce midi aux infos le chindogu, cet art de créer des objets utiles mais tellement loufoques qu’ils en deviennent inutilisables. Ces objets ne sont d’ailleurs pas destinés à la consommation et donc non vendus. A l’origine du chindogu, un ingénieur japonais, Kenji Kawakami, a souhaité dénoncer notre société basée sur la surconsommation.

Tout le paradoxe de ces objets farfelus se trouve donc dans le fait de répondre à des petits tracas de la vie quotidienne, mais de manquer de sens pratique dans notre monde actuel.

Une association a été créée autour de cet art: l’International Chindogu Society, qui compte un bon nombre de membres. Tout un chacun est libre d’en faire partie et d’inventer son chindogu à condition de respecter les dix règles édictées par l’association:

« 1.Un chindogu ne doit pas être conçu pour un véritable usage. Il doit être d’un point de vue pratique quasiment inutilisable.

2.Un chindogu doit exister. Même si on ne peut pas l’utiliser réellement, le chindogu doit physiquement exister.

3.Chaque chindogu doit véhiculer l’idée d’une certaine anarchie, et avoir été créé dans une certaine anarchie. Les chindogu sont des objets créés par l’homme mais qui se sont affranchis du concept d’utilité. Ils représentent la liberté de penser et d’agir; la liberté de défier l’ancienne et suffocante dominance de l’utile; la liberté d’être (presque) inutile.

4.Les chindogu sont conçus pour la vie quotidienne. Il doit être compris par tout le monde, et partout. Le chindogu est une forme de communication non verbale. Les inventions extrêmement spécifiques ou techniques ne sont pas classables comme chindogu.

5.Les chindogu ne sont pas vendus. Les chindogu ne sont pas faits pour être vendus ou achetés.

6.L’humour ne doit pas être la seule motivation de création un chindogu. La création d’un chindogu est à la base une activité de « résolution de problème ». L’humour est simplement le co-produit de la découverte d’une solution élaborée et/ou non conventionnelle à un problème qui n’était pas nécessairement contraignant.

7.Le chindogu n’est pas de la propagande. Un chindogu est innocent. Il est fait pour être utilisé, même s’il ne le sera pas. Il ne doit pas être créé comme un commentaire pervers ou ironique de la condition humaine.

8.Un chindogu ne peut être tabou. Il ne doit pas être vulgaire, ni porter atteinte à une créature vivante.

9.Un chindogu ne peut être breveté. Les chindogu sont offerts au monde entier. Ils ne sont donc pas des idées pouvant être protégées, placées sous copyright, brevetées, collectionnées ou possédées. Comme le disent les espagnols : « Mi chindogu, es tu chindogu ».

10.Un chindogu ne doit causer aucun préjudice. » (source: Wikipédia)

Au hasard, il existe: les mini-parapluies pour chaussures ou pour selles de vélo, le séchoir à linge portatif sur vélo ou voiture, les lunettes-entonnoirs (pour se mettre des gouttes facilement), les faux seins pour messieurs (pour avoir l’impression d’allaiter eux aussi!), et mon préféré: la ceinture anti-mains baladeuses munie de piques, lorsqu’on prend le métro (j’achète!!!!).

Mini-parapluies pour chaussures

Séchoir portatif

Lunettes-entonnoirs

La Foire de Paris, actuellement présente au Parc des Expositions, met à l’honneur ces chindogu. Pour tous les curieux et ceux qui veulent s’amuser, allez y faire un tour! Je suis persuadée que rien que pour le fun, ça vaut le coup d’œil!

En cette période de vacances scolaires et de jours fériés successifs, une bonne idée de sortie pour découvrir toutes sortes de choses!

***

Foire de Paris, Parc des Expositions, M° Porte de Versailles, du 30 avril au 12 mai 2013, de 10h à 19h (Nocturne le 10 mai jusqu’à 23h). Tarif: 12€.