Archives de Catégorie: Coup de coeur

Olivia Moore est bourrée… d’humour!

Je n’avais pas posté depuis belle lurette, mais j’y remédie dès aujourd’hui!

J’imagine que j’aurais dû passer par là le mois dernier pour souhaiter la bonne année, mais les premiers jours de 2015 ayant été ce qu’ils ont été (#SoutienàCharlieHebdo), entre autres imprévus douteux ou mauvaises surprises, je n’ai pas pris le temps de me manifester. Même si les traditions ne sont pas respectées, il va de soi que je souhaite une belle année 2015 à tous et les meilleurs vœux associés: amour, santé, travail, argent, projets, voyages!

Voilà une semaine, j’ai assisté au one-woman show d’Olivia Moore, intitulé « Mère indigne ». J’avais eu l’occasion de la découvrir en première partie de Denis Maréchal avant l’été et ce bref aperçu avait suffit à me convaincre du potentiel de cette humoriste.

Image (13)

Olivia Moore se présente comme une mère de famille nombreuse recomposée et durant environ 1h30, elle nous dépeint sa vie, et notamment les tourments qu’apporte le « métier » de parent et épouse.

C’est terriblement drôle, les mères-épouses s’identifient facilement (ma sœur en est témoin), les pères-époux ne sont pas en reste, et pour les autres, rien n’empêche de rire devant les mimiques, répliques et chorégraphies d’Olivia Moore. Car on a tous déjà vu certaines scènes (je ne veux pas spoiler) autour de soi dans des lieux publics, chez des amis, à l’école (ce qui est mon cas), etc; et on visualise aisément les scènes de la vie courante que brosse l’humoriste.

Olivia Moore est dynamique, vivante, fraîche. Mère indigne peut-être, mais parfaitement bourrée d’humour! Elle a le mérite de m’avoir fait pleurer de rire, ce qui n’est pas chose aisée bien que je sois plutôt bon public.

Je ne peux que vous inciter à vous précipiter au Théâtre Trévise, où elle monte sur scène tous les lundis jusqu’à fin avril.

***

Olivia Moore dans « Mère indigne », tous les lundis à 21h30.

Théâtre Trévise, 14 rue de Trévise, 75009. M° Grands boulevards.

Publicités

Je m’suis envoyée en l’air!

Entre mercredi dernier et ce mercredi-ci, rien à voir!

Depuis 2 ans maintenant, j’avais reçu une Dakota box. J’ai traîné, traîné, traîné; tellement que l’année dernière, j’ai été obligée de la faire prolonger d’un an (ce qui m’a valu la modique somme de 7€, je crois, pour m’en renvoyer une nouvelle).

Et une fois encore, j’ai laissé filer le temps, en me penchant de temps en temps sur la question, mais sans grande conviction. Pourtant, j’avais très envie de tenter l’ULM. Et dans un cadre particulier, ça pouvait être vraiment chouette!

DSCN7144

Mais comme il m’arrive malheureusement d’être une grande adepte de la procrastination, j’ai remis au lendemain sans arrêt. Bah oui, un cadre particulier d’accord, mais encore faut-il pouvoir s’y rendre! Et là, je suis dépendante de mes parents ou d’amis avec permis (oui, à bientôt 30 ans, je l’avoue, je n’ai pas encore mon papier rose!).

Bref, à force de laisser traîner, je n’avais plus le choix. 3 options s’offraient à moi en sachant qu’en gros, je ne disposais plus que d’une semaine avant que ma Dakota box soit de nouveau périmée.

Option 1: l’option de facilité. Une Balad’Enigm dans Paris. Mais à choisir, quitte à avoir en sa possession une box avec plein d’activités extraordinaires, autant en profiter!

Options 2 et 3: elles se rejoignent. Dans les deux cas, il s’agit d’un baptême de l’air en ULM (mon envie de base). Dans les deux cas également, il faut se rendre en Seine-et-Marne, dans des coins que je connais bien pour y avoir grandi: Mouroux ou Esbly. Mais toujours le problème du transport! Bon, c’est à peu près desservi par les trains de banlieue, mais il faut prévoir un certain temps de marche.

Après avoir étudié ces deux possibilités, je choisis de me rendre à l’aérodrome de Coulommiers-Voisins. J’en ai pour une heure depuis la Gare de l’Est, puis environ 45 minutes de marche depuis la gare de Mouroux.

DSCN7185

Sur le livret Dakota box, il est conseillé de réserver via mail. Ce que je m’empresse de faire lundi dernier avant qu’il ne soit trop tard, en espérant pouvoir avoir une date dans le courant de la semaine passée, le temps étant encore au beau fixe. La réponse est rapide: le vol est prévu mercredi 4 Septembre à 16h. G-E-N-I-A-L!

Et donc, effectivement, entre mercredi dernier et ce mercredi-ci, rien à voir!
Si vous vous souvenez, il y a une petite semaine, le soleil brillait, le ciel était d’un bleu sans nuage, les températures avoisinaient les 30°C. Des conditions idéales pour voler!

Je passe sur le fait que j’ai galéré à me rendre à l’aérodrome à pieds, sous le soleil écrasant, parfois sans le moindre recoin d’ombre… Avec seulement une petite bouteille d’eau… Et des baskets en toile dont la semelle était déglinguée… (#VDM)

Je me suis juste fait peur quand je suis enfin arrivée et que je suis passée par les toilettes: j’étais tellement rouge, j’avais l’impression d’avoir le visage brûlé!!! (horreur, malheur)

Comme j’étais en avance, j’ai eu le temps de reprendre mon souffle et de me détendre avant de m’envoler (au septième ciel?).

Un groupe d’aviateurs m’abordent et me proposent jovialement de les suivre en Savoie. S’ils avaient été jeunes et beaux, oui peut-être; mais dans le cas présent, c’est une autre histoire!

16h: mon pilote attitré m’invite à le suivre. Il m’équipe d’une parka et de deux casques: audio et protection. Et me fournit un cordon pour mon appareil photo.

Je prends place à l’arrière d’un ULM pendulaire, le plus simple qui soit par rapport au multi-axe. Le pilote s’installe et prend les « commandes » (si tant est qu’on peut appeler ça des commandes).

DSCN7175

Et là, j’apprends qu’il est novice (malgré son âge: une bonne soixantaine). D’après ses dires, je suis la deuxième qu’il baptise (si je peux m’exprimer ainsi). C’est drôle, ça ne me fait pas du tout flipper! (I-R-O-N-I-E). Allez, pas grave, je suis une warrior ou je ne le suis pas! Let’s go!!!

Nous avançons sur la piste et d’un coup, le pilote lève son semblant de commande et nous commençons à prendre de la hauteur. Ce décollage m’a surprise. Je n’avais aucune idée de comment ça pouvait se passer.

C’est par la suite assez flippant de constater que nous montons de plus en plus haut, dans ce minuscule engin. Comment se peut-il que nous volions dans trois fois rien?!

Une fois habituée aux sensations, j’observe la campagne environnante, celle qui m’a vue grandir. Ca a un côté émouvant! Et les champs vus du ciel sont bien plus beaux qu’à terre.

DSCN7176 DSCN7178

Les sensations reviennent au moment où le premier « looping » s’opère (en fait de looping, c’est un virage très serré): l’ULM est manié de telle sorte à tourner, mais presque comme s’il se couchait sur le côté. J’avais comme l’impression que nous allions plonger tête la première et nous « crasher »!!! Ajouté à cela ma semie insolation, et je me sentais au bord de la nausée!

Mis à part ça, j’ai vraiment apprécié ce baptême de l’air! Et cette sensation de liberté dans les airs, passées les premières appréhensions. J’ai regretté que cela soit si court (environ 10 minutes).

Je ne perds pas espoir de m’envoyer de nouveau en l’air plus longtemps et dans un cadre de rêve: en bord de mer, près du Mont-Saint-Michel ou au-dessus des Alpes!

Concernant les lieux et le personnel, des améliorations peuvent être apportées. Pas de véritable accueil: j’ai débarqué, je ne savais pas à qui m’adresser. Le pilote n’était pas très loquace. Si je ne l’avais pas questionné sur certains points, je n’aurais pas su grand-chose…

***
Ecole ULM de Paris, 180 rue Cardinet, 75017 PARIS, 06.82.94.06.01. ecoleulmdeparis@free.fr

***
Aérodrome de Coulommiers, Avenue du Général de Gaulle, 77120 MOUROUX.

Les Petits Plats

« Cuisine canaille et vins gourmands. »

Les Petits Plats

Le restaurant Les Petits Plats, 39 rue des Plantes, 75014, ne fait pas les choses à moitié. Petits, peut-être! Et en apparence, car mine de rien, ça cale! Mais à la manière des grands, car les plats sont présentés de façon à être dignes d’un restaurant gastronomique. Et au goût, n’en parlons pas! Une pure merveille!

Et non, je ne plaisante pas! Je n’avais pas mangé un plat qui m’avait autant plu que celui que j’ai choisi: volaille jaune, melon, concombre, livèche. La viande est présentée sous forme de petits médaillons, l’accompagnement forme un méli-mélo de petits cubes. J’ai découvert ce qu’était la livèche, je ne connaissais pas du tout. Et ce trio melon-concombre-livèche, par cette chaude journée (vendredi dernier), était à tomber! Une belle association qui a réjoui mes papilles, vraiment! Et la volaille était tendre à souhait et goûteuse!

Volaille jaune, melon, concombre, livèche

Au point que Mum a regretté son propre choix, même si elle a aimé: cabillaud, petits pois, pancetta, agrume et menthe.

Le resto propose une formule déjeuner (entrée-plat) à 17€ et des plats à la carte en demi-portion (correspondant à une entrée, 13/14€) ou portion complète (22€).  Les plats varient au gré des saisons. Il dispose également d’une belle carte des vins bien fournie.

Carte des vins

Pour le dessert, le gaspacho de fruits du moment et financiers (10€) nous fait de l’œil à toutes les deux. La serveuse nous l’apporte sur un plateau de bois, le gaspacho en bouteille qu’elle nous verse dans un bol. Et alors, là, par les temps qui couraient (je parle des températures), quel délice, quelle fraîcheur!

Gaspacho de fruits du moment, financier

Décidément, les Petits Plats savent y mettre ET les formes ET le goût! Ce petit resto à la devanture rouge (ma couleur préférée, un bon signe!) n’a l’air de rien, mais il est vraiment digne d’un grand!

Le seul bémol que je relève toutefois: les prix. Un plat à 22€ et un dessert à 10€ (certains à 12€), il faut le vouloir (et pouvoir assurer au moment de l’addition!)!

Mais pour Mum et moi, c’était un peu jour de fête, alors nous n’avons pas hésité à nous faire plaisir!

Alors si vous aussi vous souhaitez expérimenter la cuisine canaille des Petits Plats, foncez!

Carte du resto

***

Les Petits Plats, 39 rue des Plantes, 75014 Paris, 01 45 42 50 52. M° Alésia.

Musée Marmottan Monet

Cette semaine a été marquée par la visite du Musée Marmottan Monet grâce à mon invitée américaine, Miss Floride.

Je le reconnais, j’ai encore une palanquée d’endroits à découvrir à Paris (et c’est ça que j’aime avec la Ville Lumière)!

Ce musée, je le connaissais vite fait de nom, mais sans plus. J’ai dû aller à la pêche aux infos pour savoir exactement où il se trouvait.

C’est donc avec plaisir que j’ai accompagné Miss Floride direction « La Muette ». Je connais mal cette partie de Paris et j’étais contente d’y flâner.

Le musée est bien caché derrière le Jardin du Ranelagh. Il est abrité dans un bel hôtel particulier, acquis par Jules Marmottan vers 1883, dont hérita ensuite le fils, Paul Marmottan. Grand collectionneur, il rassemble un nombre impressionnant d’objets et à son décès, lègue le tout (bâtisse comprise) afin d’en faire un musée à son nom. Ce dernier ouvre au public en 1934.

DSCN6264

On y trouve les collections acquises par Paul Marmottan datant du Premier Empire, ainsi que des œuvres héritées de son père.
Mais le musée fait surtout la part belle aux peintres impressionnistes, Monet en tête (qu’on ne présente plus!), suivi de près notamment par Berthe Morisot et Gustave Caillebotte.
Une salle est également aménagée spécialement pour des enluminures du Moyen-Age à la Renaissance.
Enfin, le sous-sol du musée renferme une exposition temporaire consacrée actuellement à Marie Laurencin, une peintre de la première moitié du XXème siècle.

Je n’avais jamais entendu parler de cette artiste, mais j’ai été agréablement surprise. Au premier abord, je n’ai pas aimé, les œuvres me semblaient trop abstraites. Et puis, au fil de l’exposition, j’ai appris à regarder autrement ses peintures, et j’ai fini par m’attendrir par ce côté naïf, presque enfantin, et les couleurs utilisées.

28rose

marie laurencin 1

laurencin04

Pour le reste, je ne m’étends pas: les tableaux impressionnistes sont juste superbes! J’adore cette façon d’aborder la peinture (j’ai toujours préféré les arts « anciens » plutôt que l’art contemporain).

Les Tuileries, Monet

Je suis ressortie satisfaite de cette visite et d’avoir élargi mon cercle de connaissances en matière de musées!

***

NB: l’exposition « Marie Laurencin » se termine aujourd’hui, dimanche 21 Juillet.

***
Musée Marmottan Monet, 2 Rue Louis Boilly, 75016 Paris, 01 44 96 50 33. Ouvert du Mardi au Dimanche de 10h à 18h, nocturne le Jeudi jusqu’à 20h. De 5 à 10€.

Coup de coeur musical: Austra

N’écoutant plus la radio depuis belle lurette, je me sens parfois à la traîne musicalement parlant. Je me tiens informée comme je peux, notamment grâce à mon abonnement Deezer. Et je prends connaissance de certains artistes via les réseaux sociaux et les blogs.

Récemment, j’ai découvert Mesparrow grâce à l’article du blog Trois Fois Rien. J’ai beaucoup aimé et elle fait partie de mes albums du moment.

La publicité m’aide également dans mes trouvailles. La pub « La Halle » avec les ex Miss France m’a permis de m’intéresser à un groupe de frangines américaines: Haïm.

Hier, en me connectant à Deezer, j’ai cliqué sur les nouveautés et selon mon inspiration du moment, j’ai été attirée par l’album « Olympia » du groupe Austra. En vérité, j’ai d’abord écouté une première chanson, « Home ». Et j’ai de suite été emballée. Alors, j’ai lancé l’écoute de l’album dans son intégralité.

Ca m’a vraiment plu, à la fois doux et entraînant. La voix de la chanteuse n’est pas spécialement particulière puisqu’elle me fait penser à d’autre(s) artiste(s) (certains pensent que ça ressemble à Florence & The Machine, ça me fait aussi penser à Christine & The Queens).

Mais pour qu’un album me plaise, il n’y a pas que la voix. Les mélodies comptent aussi beaucoup (c’est quasi primordial, d’ailleurs).

La musique de ce groupe, formé par un trio Canadien, est qualifiée par Deezer de musique électro. Mouais… si on veut. Je suis loin d’être une experte musicale, et par conséquent, il m’est difficile de définir leur style. Je verrais limite ça comme de la pop (pop-électro à la limite). Mais le mieux est encore de se faire sa propre opinion!

Coup de pouce à… Laëti Trëma!

Laëti Trëma est une jeune créatrice de bijoux de la région parisienne. Son inspiration: les tissus japonisants.

Elle a d’abord œuvré dans le textile (lingerie) avant de se tourner entièrement dans la création de bijoux. Chaque article est fait main dans son atelier, et est composé de laiton traité, de tissu japonisant, de perles ou pierres fines et parfois de cuir.

Le but de la créatrice consiste à proposer des bijoux des plus féminins, que l’on peut porter en toute occasion.

Je me suis rendue aujourd’hui à L’Atelier des Créateurs, 28 Rue de la Tour, à Malakoff, où les anciennes et nouvelles collections de Laëti Trëma étaient à l’honneur du 4 au 8 Juin 2013.

L’Atelier propose diverses créations: bijoux, photographies, vêtements, objets. La boutique n’est pas bien grande mais pleine de charme.

Laëtitia m’accueille très gentiment et m’explique le fonctionnement de la boutique. Après un rapide coup d’œil, je m’intéresse plus particulièrement à la nouvelle collection de la créatrice, pour laquelle je suis spécialement venue. Tout me plaît, des sautoirs aux colliers, en passant par les bracelets et les bagues. C’est féminin, c’est frais.

Devant ma mine hésitante, Laëtitia m’incite à essayer pour me faire un avis. Je penche pour différents sautoirs: trois modèles m’attirent, reste à choisir lequel, ainsi que la couleur. Pour chacun, j’ai droit à une petite remarque: telle couleur est plus douce, l’autre correspond aux tons de l’été. Tel sautoir est plus classique, l’autre en impose un peu plus.

Finalement, après essayage, je reste sur mon premier avis (lorsque j’ai découvert la collection sur le site Internet, j’avais retenu principalement deux colliers/sautoirs): un sautoir dans les tons rouge/rose et un collier-cravate dans les coloris bleus.

Ca fait une sacré dépense malgré la petite remise du moment (elle m’a aussi fait cadeau de 50 centimes que je ne trouvais pas dans mon porte-monnaie!), mais j’avais envie de me faire plaisir (tant que ce n’est pas tous les jours!). Et si ça donne l’occasion d’encourager une jeune créatrice, alors je dis OUI!!!

Pour découvrir son univers et ses collections, je vous invite à vous rendre sur son site ici. Vous y trouverez les différents points de vente.

Le petit plus: c’est joliment emballé!!!

DSCN6028 DSCN6030 DSCN6035  DSCN6037 DSCN6046 DSCN6036

***

L’Atelier des Créateurs, 28 Rue de la Tour, 92240 Malakoff. M° Porte de Vanves ou Malakoff-Plateau de Vanves. Ouvert tous les jours sauf dimanche, de 11h à 19h.

*** Concours Inside Sensation Chocolat : tentez de remporter des soins inspirés d’un savoir-faire millénaire***

Je relaie un concours via le blog de « Trucs de mec« :

***

« En partenariat avec Sensation Chocolat, je vous propose de vous faire gagner à 3 d’entre vous, 3 lots différents qui vous permettront de découvrir les bienfaits ces cosmétiques au beurre de cacao! C’est une exclusivité en quelque sorte, puisque c’est le premier concours que Sensation Chocolat organise avec un blog!!

d5f4e754-eb7c-475b-b77a-d8891de28883

3 lots sont à gagner, certains sont accompagnés d’un petit gadget technologique:

◾Lot 1 ( valeur 130 euros) :

– Crème exfoliante et drainante (gommage corps) Granité (45 euros)

– Huile de soins et de modelage Nectar (35 euros)

– 1 Clé USB finger print 4G (reconnaissance digitale des empreinte)(50 euros)

◾Lot 2 ( valeur 101 euros)

– Gel douche bain moussant – Délices O chocolat x 2 (34 euros)

– Lait hydratant – Chocolat O lait(21 euros)

– Savon exfoliant – Le carré(6euros)

– Clé usb format carte crédit (40 euros)

◾Lot 3 ( valeur 36,5 euros)

– Gel douche bain moussant ( 17 euros)

– Délices O chocolat (6 euros)

– savons noir et savon lait ( 6 + 7,5 euros)

dsc03498 dsc03500 dsc03501

Les conditions de participations sont les suivantes :
◾S’abonner ou être abonné à la page facebook de Sensation Chocolat
◾S’abonner ou être abonné à la page facebook de Trucs de mec

Me dire dans un commentaire de plus de trois mots et rédigé en français correct :
◾Que vous participez
◾Et de me dire pourquoi vous voudriez gagner un de ces lots ( je vous conseille également de lire la revue sur Sensation Chocolat)

Une seule participation par foyer/IP. Jeu réservé à la France métropolitaine. Le blog trucsdemec.wordpress.com se réserve le droit de modifier les modalités de participation ainsi que d’annuler le tirage au sort si les circonstances l’obligent et sans être tenu à une quelconque réparation à quelque titre que ce soit! La participation est gratuite et n’est liée à aucune obligation d’achat! Le jeu est ouvert aux personnes physiques majeures et disposant d’un accès internet. En participant vous acceptez ce règlement et à la renonciation à tout recours fondé sur le déroulement du jeu, du résultat et de l’attribution du prix. »

***

Pour tous les fanas de chocolat, suivez le lien et tentez de remporter l’un des lots présentés: http://trucsdemec.wordpress.com/2013/06/04/concours-inside-sensation-chocolats-tentez-de-remporter-des-soins-inspire-dun-savoir-faire-millenaire/

« Reflets », Palais de Tokyo

Parisienne pur jus (bon, j’y suis née, j’y vis, mais entre les deux, je lui ai fait des infidélités), j’ai mis les pieds pour la première fois au Palais de Tokyo.

J’aime ça à Paris, cette impression de sans cesse pouvoir (re)découvrir la ville, ses atouts, ses curiosités, ses côtés insolites, etc.
Je suis encore loin de connaître ma ville sur le bout des doigts, et je n’ai toujours pas franchi les portes de certains musées.

***

J’ai eu connaissance de l’exposition « Reflet(s): Rencontre autour du bijou » seulement vendredi soir. En sortant, j’ai vu les affiches dans le métro et ça m’a tout de suite attirée. D’une parce que je suis une fille et oui, j’aime les bijoux! Et de deux, parce qu’il était annoncé « entrée libre et gratuite » (on ne va pas se le cacher, quand la ville de Paris propose des sorties gratuites, on en profite autant qu’on peut)! Mais en y regardant de plus près, je remarque aussi que l’exposition ne dure plus que quelques jours.

Je profite non pas de mon week-end, car je redoute la foule, mais de mon lundi (l’avantage de ne pas travailler en ce moment).

***

Sans le vouloir, je me retrouve à visiter une autre exposition gratuite: « N°5 Culture Chanel ». J’apprécie l’univers de Coco Chanel, mais je suis décontenancée par cette expo. Elle retrace l’histoire du fameux parfum, de son origine à nos jours. Pour cela, beaucoup d’objets et de correspondances sont exposés, sans explications apposées à côté (audioguides disponibles, ou livret à feuilleter). Je passe en coup de vent la première salle. Par la suite, j’ai seulement aimé la rediffusion des publicités Chanel N°5.

DSCN6019 DSCN6020

***

Bref, moi, je suis venue pour les bijoux et j’y tiens parce que c’est le dernier jour d’expo!

DSCN5986

Ce que dit le fascicule: « L’exposition Reflet(s) se donne pour objectif de renouveler le regard que porte le public sur la bijouterie-joaillerie.
Les univers qui composent le parcours de cette exposition ont été imaginés pour surprendre le visiteur et lui dévoiler la créativité, la modernité et les savoir-faire des bijoutiers-joailliers dans une atmosphère moderne qui révèle tant la fascination exercée par le bijou que son pouvoir de séduction.
Un parcours jalonné d’émotions dictées par le bijou au travers de 3 histoires: ORGANIC, ORIGINE, ABSTRACT. »

« ORGANIC: Le bijou reflet des ressources et des éléments naturels nous accompagne au quotidien. »
« ORIGINE: Le bijou reflet de nos traditions et ambassadeur de notre avenir. »
« ABSTRACT: Le bijou reflet de l’âme et de la personnalité, reflet de soi. »

L’expo est donc organisée autour de ces trois aspects. On trouve également des ateliers, où l’on peut observer le savoir-faire des artisans ou des élèves de grandes écoles, Boulle notamment; des ateliers enfants; un espace gemmologie; etc.

Et bien sûr, pleins de superbes bijoux étincelants! Une pure merveille!!! Effectivement, fascination et séduction sont au programme. Je me prends à rêver: je cherche le bijou qui me plaît le plus et qu’on pourrait m’offrir (dans un monde idéal!!!).

Les agents de sécurité sont présents dans tous les coins: ils peuvent! Les bijoux valent de moins de 250€ à plus de 50 000€!!!

Les bijoutiers « classiques » sont représentés tels Maty, Histoire d’Or, Trésor, Marc Orian, etc. Et les inconnus, les originaux, les luxueux: Boucheron, Lalique, Alexandre J, Eric Humbert, etc.

J’ai été littéralement éblouie et je regrette de n’avoir pas pu partager cette visite avec une de mes proches qui aurait adoré. Oui, dommage que l’exposition n’ait duré que si peu de temps!

Pour le plaisir des yeux, quelques photos dont je m’excuse par avance de la qualité!

DSCN5991 DSCN5992 DSCN5995 DSCN6005 DSCN5999 DSCN6013 DSCN6017

***

Palais de Tokyo, 13 Avenue du Président Wilson, 75116 PARIS, M° Iéna ou Alma-Marceau. Expo « N°5 Culture Chanel » encore visible jusqu’au 5 Juin 2013, 12h à minuit (sauf mardi).

L’héritage français

Il y a de cela presque deux semaines, je m’informais des actualités au JT lorsqu’a été évoquée la fête gâchée du PSG. Le foot et moi, ça ne fait pas 2, ni 3, mais un nombre infini (le sport en général d’ailleurs, et encore plus à la TV). Et quand on sait qu’on vit une période de crise, que le gouvernement cherche des sous à droite et à gauche, ça me hérisse les poils d’entendre que des millions sont investis dans ces satanés clubs de foot et pour ces écervelés de joueurs!

Le sport n’est-il pas censé être fédérateur?! Malgré cela, tous les supporters en viennent à se taper sur la gueule! Elle est belle la société d’aujourd’hui!

Mais, je n’ai pas très envie de m’étendre là-dessus. Le titre de cet article n’a pas pour but de mentionner ce malheureux héritage, mais plutôt un autre bien plus brillant à mes yeux.

***

Je suis assez passionnée par l’Histoire, j’aime me balader dans des lieux historiques et visiter des monuments en tout genre.

Or, après cet affreux reportage sur une fête qui m’importait bien peu, le sujet suivant a su davantage me captiver. Il y était question de la French Heritage Society, une association franco-américaine qui se donne pour mission de valoriser l’héritage architectural français et américain, grâce à des dons qui permettront la rénovation de monuments en piteux état. Au-delà de l’aspect pratique et technique, l’association vise à établir un lien culturel entre les deux pays et à sauvegarder les savoirs d’autrefois.

Je trouve remarquable ce genre d’initiative. Notre pays compte tellement de belles, voire majestueuses, bâtisses parfois laissées à l’abandon.

***

Par exemple, l’été dernier, en traversant la campagne morbihannaise, je suis tombée par hasard sur une originale demeure inhabitée. Renseignements a été pris auprès de la Mairie de Langoëlan: la demeure en question est appelée château de Maner Bihan, ou surnommée château Haïk, en référence à la famille à laquelle il a appartenu. Il a été construit dans les années 20 par Albert Haïk, soucieux de faire plaisir à sa femme. Il s’est partagé toute sa vie entre Langoëlan et Paris. Paris où vivait son frère Jacques, propriétaire à l’époque de l’Olympia et ayant participé à la diffusion des premiers films muets, de Charlie Chaplin notamment. Cette famille a contribué au bien-être de la commune et a effectué de nombreux dons à l’Eglise. L’année dernière, le château était encore en possession d’un Anglais qui, malade, cherchait à vendre. Je ne sais ce qu’il en est depuis, mais je trouverais désolant que la demeure puisse tomber en ruine…

Château Haïk (source: "Des mots dans les bulles")

Château Haïk (source: « Des mots dans les bulles »)

***

Dans le reportage du JT, la French Heritage Society s’intéressait au Château de Gizeux, en Indre-et-Loire. J’ai été marquée parce que je l’ai moi-même visité durant l’été 2011. A l’époque, je travaillais dans un camping en pleine nature, en tant que saisonnière. Sans permis, je passais mes jours off à faire de longues balades à vélo. Et un jour, j’ai parcouru plusieurs kilomètres sous le soleil étincelant, suant à grosses gouttes, pour atteindre Gizeux et son château.

Vue d'ensemble du Château Vue depuis le château Depuis les écuries L'entrée Les armoiries Vue du Château anciennement

Datant de l’époque médiévale, dont il reste quelques vestiges, il dévoile surtout aujourd’hui son architecture Renaissance, dû à la famille Du Bellay. Le château appartient désormais aux De Laffon, qui y proposent des chambres d’hôtes.

A l’intérieur, la Galerie des châteaux, datant du XVIIè siècle. Divers châteaux nationaux (Versailles, Fontainebleau, Chambord) ont été représentés par une école de peinture. Hélas, les peintures souffrent de l’humidité et de la luminosité. Je me souviens que la guide nous en avait touché un mot et qu’on ne pouvait que constater les dégâts du temps qui passe. Et c’est là où intervient la French Heritage Society: grâce au mécénat, la restauration de cette galerie devrait pouvoir s’opérer.

DSCN1270 DSCN1271

J’ai le souvenir d’une excellente journée. J’ai apprécié la visite et la balade champêtre!

***

J’espère que nous pourrons longtemps conserver les traces de nos ancêtres et transmettre cet héritage de génération en génération. Car heureusement, il nous reste encore de belles choses dans notre vieille France!!!

***

French Heritage Society: http://www.frenchheritagesociety.org/

***

Château de Gizeux, Stéphanie et Géraud de LAFFON, 37340 GIZEUX, 02.47.96.45.18. Nombreuses animations adultes et enfants (dégustation de vins, chasse au trésor, etc.). http://www.chateaudegizeux.com/accueil.htm

« Miami Tour », Saez

Damien Saez, je le connaissais bien sûr depuis « Jeune et con », en 1999. Mais à l’époque, la chanson passait en boucle à la radio et rapidement, j’ai eu l’overdose.

Par la suite, j’ai découvert par hasard dans une compilation le titre « Sexe », aux paroles très évocatrices, issu de la bande originale du film « Femme Fatale », de Brian de Palma.

Pendant tout ce temps, je ne me suis pas intéressée à l’artiste. Entre 1999 et 2010, je n’ai d’ailleurs pas connaissance de ce qu’il fait.

Mais donc, en 2010, je suis davantage « connectée » au monde, ou tout simplement connectée sur Deezer, lorsque je vois les nouveautés musicales du moment. Et parmi elles, le nouvel album de Saez, « J’accuse ». N’en ayant pas entendu parler depuis belle lurette, comme je l’évoquais à l’instant, et sans doute la photo de l’album m’ayant interpellée, je lance l’écoute des 14 chansons.

sans-titre7

Et là, j’adhère totalement! C’est rock comme j’aime, rythmé, engagé, les textes me « parlent », je m’y retrouve (« Regarder les filles pleurer »). Je suis surprise et emballée. Au point de m’informer de sa tournée et de m’offrir son Zénith en mai 2010. Ce concert a confirmé ma fan attitude. Son côté rock est d’autant plus mis en valeur sur scène grâce à l’instrumental. Ca envoit du lourd!!! J’ai souvenir qu’avec ma frangine, nous en étions sorties enjouées. Et nous nous étions promis d’assister à son prochain concert!

Dès la mise en vente des billets pour la tournée « Miami Tour », en avril dernier, nous étions au taquet! Encore un an à attendre…

sans-titre6

Entre-temps sort le triple album « Messina ». Je suis conquise par la diversité des chansons. Des chansons qui pulsent, des textes poétiques, de douces mélodies: il y en a pour tous les goûts. Personnellement, j’y vois là le talent de Damien Saez, auteur-compositeur-interprète.

Il faudra patienter encore quelques mois pour la sortie du petit dernier: « Miami ». Encore de bons titres qui nous font rentrer dans la danse!

Et au final, trois ans plus tard, mon deuxième Zénith en compagnie de Damien! C’est bien la première fois que j’assiste à plusieurs concerts d’un même artiste.

Pas mal controversé, pour telle ou telle raison, il a le courage d’assumer ce qu’il fait, ce qu’il écrit. Et le courage de tenir sur scène durant presque trois heures. Certes, il n’est pas exemplaire à fumer et boire sur scène, mais il assure malgré tout au chant et à la guitare. On passe des chansons entraînantes aux mélodies intimistes. On reprend ses classiques aux textes maintenant bien ancrés pour tout fana. Le public est bel et bien présent, les rappels s’enchaînent. J’en sors une nouvelle fois conquise!

Longtemps, lorsqu’on me posait la question (habituelle) de mon artiste musical préféré, je ne savais pas spécialement quoi répondre. Depuis trois ans maintenant, je réponds sans conteste Damien Saez!