L’Escapade sans retour de Sophie Parent, de Mylène Gilbert-Dumas

L’été est depuis quelque temps bel et bien installé, pour notre plus grand plaisir!
Bref, la saison idéale pour se délecter de petits bouquins légers, sans prise de tête, à lire sur la plage ou à l’ombre d’un arbre (après, chacun fait comme il lui plaît, l’hiver aussi il peut être agréable de lire des livres drôles au coin de la cheminée!).

J’ai pas mal traîné mes guêtres à la librairie (en vrai, à la Fnac) et j’avais depuis longtemps repéré ce roman de cette auteure que je connaissais ni d’Eve ni d’Adam, Mylène Gilbert-Dumas, une « cousine » québécoise. D’après sa biographie, elle s’est d’abord penchée sur des romans historiques et « L’Escapade sans retour de Sophie Parent » est tout de même son sixième roman.

L'Escapade sans retour
Le titre: L’Escapade sans retour de Sophie Parent – Et vous, avez-vous déjà eu envie de tout plaquer?

L’histoire, d’après la quatrième de couverture: « Incroyable direz-vous, et pourtant c’était vrai: tout avait commencé à cause d’une haie! Celle des voisins pour être précis. Belle et dense en apparence, Sophie avait remarqué que derrière le rideau de verdure se trouvaient des branches sèches. A l’image de la vacuité de sa vie, si somptueuse en surface.
Jusqu’à ce jour, le seul geste de rébellion de Sophie avait été de s’acheter une veste en jean. Eh bien, voilà, aujourd’hui, Sophie Parent va tout plaquer, tout! »

J’ai de suite été attirée par la couverture et ses couleurs pétantes, le sous-titre (« Et vous, avez-vous déjà eu envie de tout plaquer? » La réponse serait oui!) et cette histoire intrigante d’escapade.

Peut-être à tort, j’avais imaginé que ce roman était drôle. A mon sens, il ne l’est pas spécialement. J’ai juste souri à quelques passages. Par contre, il m’a réellement fait du bien. A la fin, je ne voulais plus le quitter, je continuais de lire sans relâche afin d’en connaître le dénouement. Je l’ai donc terminé en 3 jours environ, le sourire aux lèvres.

Pourquoi? Parce que j’ai aimé l’histoire de cette Sophie Parent. Je ne veux pas dévoiler tous les détails, donc je ne peux m’étendre sur les tenants et les aboutissants, mais je me mettais facilement dans la peau du personnage. Et ça, quand on peut aisément s’identifier à l’histoire et à ses personnages, je trouve que la lecture se fait avec d’autant plus de fluidité.

Récemment, j’ai terminé « Le Dernier stade de la soif » de Frederick Exley. Je n’en ai pas fait d’article parce que j’ai eu énormément de mal à lire ce bouquin et je ne sais franchement pas quoi en dire, si ce n’est qu’il m’a ennuyée et je n’ai eu qu’une hâte, le finir pour passer à autre chose! Dans ce cas présent, je n’ai pu me comparer au personnage, puisqu’il s’agissait d’un alcoolique!

Tout ça pour dire donc que Sophie et moi, même combat! A un moment de ma vie, j’ai aussi fui et tout quitté pour vivre une expérience intense (en Afrique), et en revenir plus forte.

Je n’en dirai pas plus au risque de gâcher le plaisir de lire ce petit bijou (fantaisie) de roman qui nous rappelle que dans la vie, tout est possible à condition de s’en donner les moyens!

Publicités

4 réponses à “L’Escapade sans retour de Sophie Parent, de Mylène Gilbert-Dumas

  1. Moi qui cherchais un livre à emporter avec moi à la plage, je pense que j’ai trouvé grâce à toi!!!
    Bisous

  2. Il a en effet l’air pas mal, j’aime bien les quelques lignes de présentation !
    Il me manque aussi un livre à dévorer. Je viens d’en commencer un, en anglais, je me souviens plus du nom. Mais récemment j’ai assez peu vibré 😦

Laissez votre commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s